Le saviez-vous ?

Les critères d’achat pour un poêle à granulé.

LA PUISSANCE

C’est un critère incontournable. On peut être tenté de prendre un poêle plus puissant que nécessaire, au cas où… C’est une grave erreur, il ne va jamais tourner à plein régime. Or un poêle qui fonctionne exclusivement au ralenti s’encrasse plus, consomme plus et demande plus d’entretien. Il ne faut jamais surdimensionner, la puissance doit correspondre au plus juste des besoins.

LA PROGRAMMATION

C’est un atout essentiel des poêles à granulés : la programmation  optimise leur fonctionnement et réduit la consommation de combustible. Grâce à la programmation journalière et hebdomadaire, ils se déclenchent à la demande, un peu avant le réveil ou le retour au domicile. Les modèles équipés de sondes de température permettent une régulation très précise.

LE DÉCLENCHEMENT À DISTANCE

Pouvoir déclencher la mise en marche du poêle à granulés à distance peut grandement améliorer le confort d’une résidence secondaire, et même celui du logement principal si on s’absente souvent pour plusieurs jours. Cette fonction n’est cependant pas disponible sur tous les modèles.

LA CAPACITÉ DU RÉSERVOIR

C’est une lapalissade, le degré d’autonomie du poêle dépend de la capacité du réservoir. Entre 15 et 35 kg, le rythme de recharge en granulés n’est pas le même.

LA CONVECTION, NATURELLE OU FORCÉE

En convection naturelle, la chaleur est diffusée dans la pièce par les sorties d’air du poêle, sans aucune aide. En convection forcée, un ventilateur pulse l’air chaud dans la pièce.
La plupart des poêles à granulés sont équipés d’un ventilateur, certains de deux. La chaleur se répartit mieux, la pièce se réchauffe plus vite qu’en convection naturelle.
À l’inverse, l’atout principal de la convection naturelle est précisément cette absence de ventilateur et surtout du bruit de fond qu’il génère inévitablement. Ce peut être un critère de choix pertinent pour les personnes allergiques au moindre bruit.

LE NIVEAU SONORE

« On a toujours un petit bruit de fond avec un poêle à granulés. À puissance maxi, le ventilateur génère même un niveau sonore conséquent », prévient Yann Crévolin. Une campagne de mesures a été menée sur huit logements équipés. Conclusion : « Alors que les relevés indiquent des niveaux sonores supérieurs à la limite réglementaire, les occupants ne semblent pas affectés par le bruit de fonctionnement. » C’est à puissance et vitesse de ventilateur maximales que le bruit généré peut devenir une nuisance, ce qui limite les risques. En effet, seules les périodes de grand froid nécessitent ce mode de fonctionnement en continu. Le niveau sonore diminue quand le ventilateur fonctionne à allure réduite.

LE LABEL « FLAMME VERTE »

Flamme verte
Créé conjointement par les fabricants d’appareils de chauffage au bois et l’Ademe (Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie), le label Flamme verte porte sur le niveau de performance et sur les émissions de polluants. Plus un appareil est efficace, plus il a d’étoiles. Les exigences ont été renforcées début 2015 : les appareils répondant aux critères des 4 étoiles n’y ont plus droit.
• Le niveau 5 étoiles est donc le minimum requis. Il demande un rendement d’au moins 85 %, des émissions de monoxyde de carbone (CO) de 0,04 % maxi et de particules fines inférieur à 90 mg/m3.
• Les poêles 6 étoiles ont un rendement minimum de 87 %, des émissions de CO de 0,03 % maxi et une limite de 40 mg/m3 pour les particules fines.
• Le label 7 étoiles exige 90 % de rendement, des émissions de CO de 0,02 % et de 30 mg/m3maxi pour les particules fines.

L’AVIS DE « QUE CHOISIR » SUR LE LABEL FLAMME VERTE

Sur le papier, rien à redire. Mais dans les faits, ce label Flamme verte n’offre aucune garantie. Nous avions déjà été très critiques en 2009 lors de notre précédent test de poêles à granulés. L’Ademe avait alors renforcé les contrôles, avec des appareils prélevés au hasard et testés en laboratoire.
Ça n’a pas suffi. Sur les 10 poêles qui portent ce label dans notre nouveau test, 9 ne le méritent pas. Les nouvelles classes de performance 6 et 7 étoiles ne présentent donc aucun intérêt, les appareils qui les affichent ayant un rendement inférieur au minimum requis. Ce label n’est pas fiable, inutile de le prendre en compte à l’achat.
LE RÉGLAGE DU POÊLE
Il est d’une extrême importance. Même s’il est de qualité, un poêle mal réglé affichera un mauvais rendement et s’encrassera. Il faut se préoccuper du réglage dès l’achat.
Demandez s’il a été effectué en usine – ce serait la meilleure solution, mais c’est peu probable. Il faut donc s’informer sur les réglages préconisés par le fabricant. S’il n’y en a pas, pensez à questionner l’installateur avant de signer le devis, car les spécialistes de la pose de poêles à granulés sont peu nombreux. La plupart sont des cheministes plus à l’aise dans l’installation d’appareils à bûches que dans le réglage spécifique des poêles à granulés. Savoir qu’ils ont une notice de réglage à disposition ou qu’ils ont l’habitude de poser des poêles à granulés est un point rassurant. Faites toujours appel à un installateur connu localement.

Ils disent de nous

Le saviez-vous ?

Un insert est un système de chauffage avec un dessus plat qui s’insert dans une cheminée à foyer ouvert. Il existe des modèles d’inserts utilisant des granulés de bois, appelé aussi pellets.

F.A.Q

Mon poêle à granulé de s’allume plus ou ne démarre pas ?

Si votre poêle à granulé ne démarre plus il y a de très nombreux facteur possibles : Une résistance d’allumage hs, une sonde défectueuse, une vis sans fin vide, un granulé …